Une ville au pied du mur, Calais

L’exposition a été réalisée à partir des photographies prises à Calais par des chercheurs et des étudiantes de seconde année du master Migrations*, formation adossée à l’unité de recherche Migrinter (Université de Poitiers / CNRS), lors de
la sortie pédagogique qui s’est déroulée du 19 au 26 novembre 2023.

L’objectif de cette sortie était de faire découvrir et de mieux comprendre le contexte migratoire de la région de Calais. Devenu, depuis plusieurs décennies, un lieu de passage pour les migrants qui souhaitent se rendre en Angleterre, l’histoire
de la ville et de ses environs (Sangatte par exemple) se lit à travers des lieux, emblématiques ou au contraire demeurés peu connus, qui évoluent en lien avec la présence migrante. Ce sont des lieux construits par les migrants eux-mêmes ou pour les migrants (campements, lieux associatifs, équipements de première nécessité) ; alors que d’autres ont évolué dans le but de bloquer la circulation de ces personnes, ou encore, à tout le moins, de les empêcher d’être visibles dans l’espace public. Les photographies en présentent certains.

Cette surenchère sécuritaire est à l’origine de paysages urbains que nous pensions plus volontiers rencontrer dans des pays en conit, d’où le parallèle que nous faisons sur l’un des derniers panneaux avec le Moyen-Orient. Cette ination
de dispositifs sécuritaires est particulièrement notable dans des secteurs considérés comme « stratégiques » de la ville par les pouvoirs publics : le port de Calais, la principale voie d’accès au port, le site d’Eurotunnel, le centre de Calais, vide
désormais de présence migrante. Murs, clôtures, barbelés, système de vidéo-surveillance mais aussi empierrement des espaces verts pour empêcher la « xation » des personnes, constituent les éléments les plus visibles de cet arsenal.
En périphérie orientale de la ville, des campements sont installés dans l’attente d’opportunités de passage en Angleterre.

On les retrouve généralement entre des champs agricoles, à peine dissimulés par les fourrés et les bosquets d’arbres. Quand ils ne sont pas détruits par la police, qui applique la consigne de « zéro xation », ces campements de migrants tentent de se maintenir dans des espaces à la fois proches des axes majeurs de passage des camions, et des structures d’aide aux migrants tenues par diverses associations anglaises et françaises.

* Léna Boumard, Léna Chopineau, Olivier Clochard, Louise Dubourg, Yousra Erraghioui, Louis Fernier, Elsa Guyot, Maëlle Parfait et Cyril Roussel

L’exposition est présentée à l’espace Mendès France, 1 place de la Cathédrale à Poitiers, à l’occasion du festival Filmer le travail de février 2024, sur le thème « contrôle et surveillance dans le monde du travail ».

Journée d’étude ENUM – 01 février 2024

Des enjeux pédagogiques à l’inclusion de populations migrantes : le numérique en questions

Journée d’études organisée conjointement par les laboratoires Techné, FoReLLIS, Migrinter dans le cadre du projet ENUM (financement ExcellencES UP-SQUARED), à Poitiers

La journée commencera par une conférence du Professeure Marjut Johansson, Directrice de l’Institut des sciences du langage et de la traductologie de l’Université de Turku (Finlande), université membre du réseau EC2U. Elle s’achèvera par une table ronde permettant à différents acteurs (associations, institutions, scientifiques) d’échanger leur point de vue.

logo_projet_ENUM

Inscription

Directement auprès de marie.francoise.valette@univ-poitiers.fr 

Programme complet de la journée

Lien vers le programme

Adresse

Maison des Sciences de l’Homme et de la Société
Campus de Poitiers
Bâtiment A5
5 rue Théodore Lefebvre
TSA 21103
86073 Poitiers Cedex 9

logos_ENUM_labos

Séminaire international – Poitiers MSHS – 30 novembre 2023

Recherche féministe et études migratoires- nov 2023

RECHERCHE FEMINISTE ET ETUDES MIGRATOIRES DANS UNE PERSPECTIVE INTERDISCIPLINAIRE

Séminaire international – 30 novembre 2023 – MSHS Poitiers – salle Mélusine – de 9 h. à 17 h.

MSHS Poitiers – Bâtiment A5 – 5 rue Théodore Lefebvre – 86073 Poitiers

programme recherche féministe_

 

09h00 Accueil des participant.e.s et présentation de la journée

09h30 – 12h30 Le regard féministe interroge les études migratoires

Discutante : Ariane Le Moing, maître de conférences en civilisation nord-américaine, MIMMOC, Université de Poitiers

Chadia ARAB, géographe, CNRS,UMR ESO
« Dubaï, ça reste le rêve américain arabe ! » Exemple des Marocaines aux Émirats Arabes Unis
C’est à partir de plusieurs enquêtes réalisées entre 2015 et 2018 avec Nasima Moujoud, anthropologue à l’UMR Lahrha (Grenoble), et d’une HDR soutenue en 2021 à Angers, que je souhaiterais évoquer le parcours de
Marocain.e.s et d’héritier.e.s de l’immigration marocaine en Europe. Ces dernier.e.s font de Dubaï un espace de rebond pour réussir dans leur carrière professionnelle. C’est aussi le cas pour certain.e.s Marocain.e.s qui, après
avoir fait de grandes études au Maroc, partent ensuite à Dubaï, pour occuper des postes hautement qualifiés. L’étape et la circulation n’ont pas les mêmes significations pour ces deux populations. Celles et ceux qui viennent
d’Europe fuient un contexte de discrimination où le plafond de verre ne leur permet pas d’évoluer comme ils/elles le souhaiteraient. Pour celles et ceux du Maroc, l’étape émiratie est vue comme nous le dit l’une d’entre elles,
comme « le rêve américain arabe ».

Nasima MOUJOUD, anthropologue, UMR LARHRA, Grenoble
Les épreuves empiriques. Approche intersectionnelle à partir d’espaces festifs à Dubaï

À partir d’une recherche réalisée avec Chadia Arab, géographe et spécialiste des migrations, j’aborde ici les épreuves empiriques soulevées par notre enquête de terrain sur le travail de personnes marocaines ou binationales (franco-marocaines) à Dubaï. Pour enquêter et saisir les enjeux de notre sujet, notre approche a nécessité, dans certains espaces, un décentrement intersectionnel sous l’effet de la stigmatisation des jeunes marocaines peu diplômées et nouvelles arrivantes à Dubaï. Nous verrons comment les représentations sur ces femmes affectent notre engagement empirique au sein d’espaces festifs assimilés à la sexualité. Elles ont généré des appréhensions sur notre enquête et failli nous conduire à négliger l’importance et la diversité des formes d’insertion professionnelle des femmes concernées dans des secteurs peu étudiés dans nos milieux de recherche en Europe, comme le tourisme, l’hôtellerie et l’art. Revoir nos appréhensions, ainsi que nos connaissances sur les migrations, en prenant au sérieux les propos recueillis dans la marge, sans oublier les avantages tirés de nos nationalités (française et marocaine) et de notre position de chercheures, ont été des manières d’enrichir la connaissance féministe et intersectionnelle du groupe et du contexte étudiés.

Nouria OUALI, sociologue, METICES, ULB Bruxelles
Quand les femmes minoritaires portent un regard intersectionnel critique sur le mouvement des femmes dominant
à Bruxelles

En Belgique, les féministes minoritaires ont, à partir des années 1980, explicitement critiqué l’universalisme du féminisme majoritaire et les comportements de certaines militantes qui, selon elles, maternent, victimisent, stigmatisent et dénient leur subjectivité politique. De nombreux récits de « féministes minoritaires » (migrantes et leurs descendantes) engagées dans les luttes sociales et féministes soulignent encore aujourd’hui l’inertie politique des « féministes majoritaires » face à leurs revendications d’égalité et à leur condition subalterne imbriquée dans les rapports de domination de sexe, de race et de classe. Les analyses féministes dominantes (blanches et bourgeoises) ont d’abord revendiqué des droits sur la base de leurs propres préoccupations et besoins économiques et sociaux. Si elles mentionnent les femmes migrantes dans leur problématisation de la condition féminine en Belgique, elles les ont cependant souvent décrites sous l’angle réducteur de femmes victimes de leurs hommes (père, frères, époux) et de leurs cultures. Ce faisant, elles ont longtemps négligé, à la fois, les besoins spécifiques et urgents liés à leur condition subalterne globale (travail, formation, santé, logement, sécurité séjour, violences sexistes, racistes, classistes, accès au financement pour leur lutte, etc.), mais également l’analyse des rapports de domination au sein même du mouvement féministe belge francophone. Je présenterai ces critiques formulées envers le mouvement féministe majoritaire bruxellois francophone et leurs conséquences notamment en termes d’affirmation de soi dans l’espace public, de renouveau des analyses des luttes sociales (incluant l’approche décoloniale) et de création de collectifs qui défendent leurs points de vue, pensent leur propre voie du féminisme et tentent de répondre à leurs besoins et leurs priorités.

Adelina Miranda, anthropologue, Migrinter/ICM, Université de Poitiers
Intersectionnalité et multipositionnement

Dans cette intervention, je propose d’opérer un retour réflexif sur comment les multiples appartenances (notamment le genre, la classe, les statuts professionnel et national) du.de la chercheur.e agissent sur les conditions de recherche. En effet, pour opérer le nécessaire processus de distanciation et de décentrement, fondamental pour élaborer une connaissance située ancrée dans une objectivité forte (S. Harding), le.a chercheur.e doit se reconnaître comme étant un des acteurs du champ étudié, impliqué dans de nombreux autres champs sociaux et qui peut vivre dans des formes de mobilité et de transnationalisme. Tout comme les sujets étudiés, le.la chercheure est par ailleurs confronté.e aux processus de mondialisation et de globalisation, à la division internationale du marché du travail intellectuel, aux conditions d’hégémonie politique, juridique, culturelle. Comment ce multipositionnement agit dans les rapports sociaux lors du terrain ? Comment les logiques intersectionnelles sont prises en compte dans l’élaboration des savoirs ?

12h30 – 14 Pause

14h – 16h Masterclass : La place des femmes dans la recherche sur les migrations

Discutante : Francesca Di Donato, doctorante Migrinter

Antía PÉREZ-CARAMÉS, sociologue, ESOMI/CEXEF, Université de La Corogne
Belén FERNÁNDEZ SUÁREZ, sociologue, ESOMI/CEXEF, Université de La Corogne
Projection du documentaire Si ka badu ka ta biradu. Un documental sobre mulleres migrantes que terman do mundo (Si tu ne pars pas, tu ne peux pas revenir. Un documentaire sur les femmes migrantes qui soutiennent le monde)

Ce documentaire social est le résultat d’un projet de recherche sur la circulation transnationale des transferts de fonds et des soins organisée par les femmes entre l’île de Santiago, au Cap-Vert, et le village de pêcheurs de Burela, en Galice, dans le nord de l’Espagne. Quatre générations de femmes racontent leur vie et comment la division sexuelle et l’organisation des soins s’organisent au niveau transnational. En les regardant cuisiner, faire le ménage, s’occuper des personnes dépendantes dans leur lieu d’origine et dans la société galicienne, nous comprenons l’impact de la répartition inégale de la charge des soins sur leur vie. En les suivant dans l’organisation de leur vie affective, de la manière d’organiser la circulation de la communication, de l’argent, des biens et des encomendas (commandes) nous saisissons l’importance qu’elles donnent à l’épargne pour construire un avenir qui leur permettra de se reposer après tant de travail, à Burela ou au Cap-Vert.

15h – 17h Partage d’expériences de recherche entre étudiant.e.s de Master et chercheur.e.s


 

Jeudi 30 novembre à 20h30 Projection au Cinéma Le Dietrich à Poitiers

FEMMAGE À SAFI FAYE : FAD’JAL

Deuxième long-métrage de la regrettée Safi Faye, Fad’jal (Grand père, raconte nous…) est un hymne à la transmission, à la vie de ce village sénégalais sérère et surtout, à l’appropriation des terres !
Projection suivie d’un échange avec Catherine Ruelle, critique spécialiste des cinémas africains. 

Une séance en partenariat avec Filmer le travail, l’Espace Mendès France et Migrinter.
https://institutdesafriques.org/agenda/fadjal-poitiers-afriques-en-vision/

Master Migration #2

Dans le cadre des conférences de la formation du Master Migrations dont la thématique porte, pour la seconde année consécutive, sur Migrations et travail, nous aurons le plaisir d’écouter le jeudi 9 novembre de 14h à 16h (Amphi C) Joanne Le Bars pour une présentation intitulée « Des femmes sans-papiers au travailService domestique et entreprenariat commercial ».

 

Migration et environnement #4 Représenter l’environnement par le Jeu de Reconstruction Spatiale

La quatrième séance du cycle de séminaire « Migrations et environnement » est programmée le jeudi 19 octobre à 14h (report de la séance initialement prévue le jeudi 6 avril à 14h) en salle 12 et 13 du bat. A4 sur le campus autour du thème : représenter l’environnement par le Jeu de Reconstruction Spatiale (JRS).
Cette séance participative, au format un peu inhabituel, se déroulera comme suit :
– Présentation du JRS par Louis Fernier et Anne-Christine Bronner (Ingénieure de recherche CNRS, UMR SAGE, Strasbourg)  (30 minutes)
– Expérimentation du JRS par les participants, en petits groupes (1h)
– Retours sur les apports et limites du JRS pour appréhender les représentations des migrations et de leur environnement, par A.-C. Bronner
La thématique est bien sûr l’occasion de croiser les réflexions de l’axe 3 du projet de laboratoire sur les représentations des migrations.
En espérant vous voir nombreux,
Camille Hochedez et Louis Fernier

#4 Séminaire Migration et Environnement, 19 oct. 2023 - le Jeu de Reconstruction Spatiale
Télécharger l’affiche : https://migrinter.cnrs.fr/wp-content/uploads/2023/10/2023_10_19_Affiche-Seminaire-migrations-et-environnements.pdf

Migrations, familles, droits. Comparaisons franco-allemandes

Colloque international franco-allemand
Autour des travaux de Catherine Delcroix

Date et lieu

6 et 7 septembre 2023
Misha, salle de conférence, 5, allée du général Rouvillois, CS 50008,67083 Strasbourg

Affiche du programme complet à télécharger

Argumentaire

Multiples sont les raisons pour lesquelles certains des habitants d’un pays décident – par obligation, par choix ou par une combinaison des deux – de quitter non seulement leur village mais leur pays, et d’aller tenter leur chance dans un autre. Le phénomène est très ancien ; mais s’agissant des flux de migrants parvenant en Europe il s’est nettement accentué au cours des deux dernières décennies.
Chaque pays européen a sa propre politique vis-à-vis de l’accueil des personnes arrivant sur son territoire. Ce colloque a pour objet de comparer les politiques d’immigration de la France et de l’Allemagne, et leur mise en application pratique depuis 1960 jusqu’à aujourd’hui, sous un angle particulier : la différence de traitement des migrants selon qu’ils arrivent seuls, qu’ils se présentent ‘en
famille’ et en particulier avec des enfants, ou qu’il s’agit de mineurs non accompagnés (MNA). Tout mineur a en effet des droits, à commencer par le droit d’être scolarisé même s’il/elle ne parle pas un mot de la langue du pays d’accueil.


Il s’agira donc de comparer :

  1. Les politiques mises en oeuvre dans les deux pays en termes de statuts juridiques des migrants – et notamment des statuts juridiques différents des membres d’une famille – ainsi que des parcours d’accès aux droits que les migrants sont en principe tenus de suivre en fonction de leur âge, de leur sexe, de leur pays de provenance (cf. la distinction entre « pays sûrs » et autres pays)
  2. Les effets des règlementations juridiques sur les parcours et les modes de vie des migrants arrivés seuls et de ceux arrivés « en famille » aux différentes périodes depuis 1960 ;
  3. En dehors des règlementations juridiques, les différences des contextes d’arrivée en France et en Allemagne selon les variables les plus pertinentes – par exemple la quantité de logements vides ou le taux de chômage, selon les localités – ainsi que l‘influence des représentations et préjugés dont font l’objet telles ou telles populations migrantes.

Ce colloque donnera à voir les résultats des travaux fondés sur la méthodologie d’évaluation biographique des politiques envers les migrant(e)s et leurs descendant(e)s, travaux menés à partir de récits de vie, d’entretiens semi-directifs et notamment du corpus de récits de vie de migrant(e)s et de descendant(e)s de migrant(e)s contenus dans la base de données Migreval; mais aussi à partir d’autres recherches portant sur les migrant(e)s et de recherches-action menées plus largement en direction des publics de la protection de l’enfance vivant des situations de discrédit.

Exposition 𝗔𝗙𝗥𝗜𝗖𝗔𝗡 𝘞𝘖𝘙𝘒𝘗𝘓𝘈𝘊𝘌𝘚

Une exposition photographique à découvrir du 14 février au 12 mars 2023 à l’Espace Mendès France – Poitiers, dans le cadre du Festival Filmer le Travail et de la Saison de l’Institut des Afriques 2023.

expo_african_workplaces
Que voit-on et que sait-on du travail en Afrique ? Quelles images attirent le regard des professionnels de l’image, des chercheur·euse·s, des documentaristes ou des photographes ? Quelles images souhaite-t-on transmettre et à quel public ? Bref, en quelques photographies, que peut-on dire du travail sur le continent ? Cette exposition intitulée 𝗔𝗙𝗥𝗜𝗖𝗔𝗡 𝘞𝘖𝘙𝘒𝘗𝘓𝘈𝘊𝘌𝘚 s’inscrit dans une réflexion scientifique plus large qui propose de répondre à ces questions.

Cette exposition est proposée dans le cadre du Festival Filmer le Travail et de la Saison de l’Institut des Afriques, en partenariat avec l’Espace Mendès France, le laboratoire Migrinter – CNRS, université de Poitiers, LAM – Les Afriques dans le Monde, l’Institute for Social Research in Africa (IFSRA) et l’Institut Français de recherche à Nairobi.

institut_des_afriques

Arts et Migrations (suite) #2 Restituer les œuvres d’art

arts_migrations_janvier2023_restituerOeuvres_Afrique
Restituer les oeuvres d’art, l’Afrique en quête de ses chefs d’oeuvres.
 
Nous avons le plaisir de vous annoncer pour le  Jeudi 5 janvier – 18h30 la projection du documentaire Restituer, l’Afrique en quête de ses chefs d’œuvres (2021, 81 min, Cinétévé / ARTE France / TV5 Monde) réalisé par Nora Philippe, suivi d’échanges entre la réalisatrice et Elise Pape, chercheuse associée au laboratoire d’anthropologie politique, UMR 8177, École des hautes études en sciences sociales (EHESS), Paris et Fellow de l’Institut convergences migrations.
 
L’inscription est obligatoire.  Le lien avec l’accès au billet est le suivant : https://emf.fr/billetterie/?event_id=713293
 
 

C’est l’histoire de plus d’un siècle de pillages coloniaux et d’appropriation d’œuvres d’art par l’Europe. De combats incessants depuis l’Afrique pour les retrouver. Et de grands musées qui célèbrent les arts africains mais gardent jalousement leurs trésors. Nous oublions souvent que les musées occidentaux possèdent des centaines de milliers d’objets et d’œuvres qui ont, pour la plupart, quitté l’Afrique subsaharienne pendant la colonisation. Masques, statues, restes humains, fossiles, bijoux… Dans la course nationaliste, les pays européens ont cherché à partir de la fin du 19e siècle à édifier les musées les plus grandioses et les plus riches en collections. En 2018, un rapport commandité par la présidence française aux penseurs Felwine Sarr et Bénédicte Savoy provoque une déflagration. L’heure des restitutions définitives semble avoir sonné. Les pays européens se disent alors prêts à rendre. Les musées africains se multiplient et préparent les retours. Le temps de l’action, pourtant, s’étire. Le spectre colonial continue de hanter cette géopolitique complexe. Les Etats européens tiendront-ils leurs promesses ?

 

Élise Pape est chercheuse associée au Laboratoire d’Anthropologie Politique (UMR 8177) à l’EHESS à Paris et Fellow de l’Institut Convergences Migrations. Ses recherches socio-anthropologiques portent principalement sur les transmissions intergénérationnelles dans des familles migrantes, les politiques publiques concernant les migrant-e-s et leurs descendant-e-s en France et en Allemagne et les mémoires (post)coloniales. Depuis 2016, elle s’intéresse plus particulièrement aux restitutions d’objets muséaux issus de pays anciennement colonisés ainsi qu’aux rapatriements de restes humains issus d’anciennes colonies se trouvant actuellement dans des institutions publiques en France et en Allemagne.

 

Nora Philippe est réalisatrice, curatrice, productrice et enseignante. Elle a réalisé Restitution en 2021, Like dolls, I’ll rise (2018) qui a été sélectionné dans 30 festivals de quinze pays, Pôle emploi, ne quittez-pas (2014) et Les Ensortilèges de James Ensor (2011). En tant que curatrice d’art, elle réalise un travail à partir des “archives de l’ordinaire”, de la culture matériel et intime. Elle a été commissaire de l’exposition Poupées noires en 2018 à la Maison rouge à Paris et auparavant, elle a organisé Filmer la frontière, des films à propos de l’immigration présentés dans les universités américaines entre 2016 et 2017.

En partenariat avec le festival Filmer le travail

 

 

Migration et environnement #3 Aménité environnementale

Camille Hochedez et Louis Fernier ont organisé la troisième séance du cycle de séminaires « migrations et environnements » sur le thème de l’« aménité environnementale » et son implication dans les migrations de populations et les modifications de l’environnement.

Elle a eu lieu le jeudi 15 décembre de 14H00 à 17 H00 en salle Mélusine, à la MSHS de Poitiers.

Ci-dessous, retrouvez l’affiche de cet événement ainsi que les interventions disponibles en podcasts :

  • Introduction de Camille Hochedez (MCF en Géographie, université de Poitiers)
Camille Hochedez : quelques définitions et mise en question de la notion d’aménité, a fortiori environnementale.
  • Frédéric Richard (MCF HDR en Géographie, université de Limoges), [mettre lien]
Frédéric Richard : le capital environnemental et son rôle dans la gentrification rurale.
  • Margaux Verove (Doctorante en Géographie, université de Caen-Normandie)
Margot Vérove : une aménité sous contrainte reste-t-elle positive ?
  • Naïk Miret (MCF HDR en Géographie, université de Poitiers)
Naik Miret : effets des aménités sur les migrations en milieu urbain.
séminaire_15dec2022_Migrations_et_Aménités_Environnementales
Aller au contenu principal