IMHANA

Le projet IMHANA – Immigrations et Mobilités d’Hier et d’Aujourd’hui en Nouvelle-Aquitaine – du 01/10/2023 – 30/09/2026 – étudie les dynamiques
migratoires qui ont traversé et continuent de sillonner la région depuis le début du XX e siècle jusqu’à aujourd’hui.
Il met au cœur de sa démarche méthodologique des acteurs socio-économiques disposant de connaissances fines
des territoires investigués (collectivités territoriales, associations d’accompagnement social, associations
mémorielles, entreprises d’insertion), des enseignants-chercheurs et des chercheurs qui vont travailler ensemble
durant trois années pour récolter des matériaux scientifiques, et valoriser ces derniers à travers la co-production
de savoirs. Ainsi avec l’engagement des acteurs socio-économiques au sein de ce projet, l’idée est de promouvoir
de nouveaux outils pour renforcer la capacité d’agir des organismes socio-économiques et contribuer à un
changement de regard sur les populations migrantes et leur contribution à la société.
Le projet IMHANA vise non seulement à vulgariser les démarches scientifiques mais souhaite
également être disponible pour aider les acteurs régionaux face aux éventuelles problématiques migratoires et aux
défis sociétaux qui en résultent.
Ce projet est porté par Migrinter, en collaboration avec l’UMR Géolab, l’UMR Passages, et l’UR ITEM avec des historiens, des sociologues, des anthropologues, des juristes et
des géographes. Il associe les acteurs socio-économiques suivants :
1- Les acteurs associatifs travaillant auprès des personnes migrantes tels Emmaüs bocage (association et
entreprise), 100 pour 1 bocage, Cœur de Bastide (tiers-lieu) et le MAS (Montagne Accueil Solidarité) .
2- Les acteurs associatifs qui œuvrent à la connaissance et la reconnaissance de l’histoire et de la mémoire de
l’immigration en Nouvelle-Aquitaine comme le RAHMI.
3- Enfin il y a les acteurs institutionnels comme la mairie de Peyrelevade et le CESER.
La carte suivante présente les terrains d’étude identifiés pour croiser les approches et les questions que soulèvent la cohabitation de personnes issues d’horizons différents.
Carte IMHANA

CIMODYN [2022-2024]

projet CIMODYN

Circulations Internationales, MOdes d’habiter et DYNamiques urbaines à Quito et Bogota

Lien vers site Web : https://cridup.pantheonsorbonne.fr/projets-recherche/cimodyn

Démarrage du projet : Janvier 2022

Participation de :

  • Naik MIRET MCF HDR Migrinter
  • Gloria Patricia RAMIREZ BOLANOS, PHD INED, en co-direction MIGRINTER/INED
  • Françoise DUREAU Membre associée à MIGRINTER

Porté par PARIS 1 / CRIDUP

Financé par l’ICM –

logo ICM

 

 

ICAR – Incertitudes CARTographiques [2022-2024]

ICAR – Incertitudes CARTographiques est un projet financé pour 18 mois [sept. 2022-Mars 2024] par l’Université de Poitiers dans le cadre de l’appel à projet UP-SQUARED ‘Impulsions » ; il est porté par Claire PORTAL du MIMMOC.

Il s’inscrit dans la thématique de l’axe 3 du laboratoire avec un focus sur la représentation cartographique et l’incertitude inhérente aux récits de migration.

Le projet ICAR vise à interroger l’incertitude cartographique, suivant plusieurs angles complémentaires : (i) représenter des espaces non désignés ou non reconnus, (ii) déterminer la juste échelle spatiale et temporelle de représentation de l’incertitude, (iii) rendre sensible des lieux dont l’avenir est incertain et questionne, (iv) débattre de l’incertitude épistémique quant à l’objet cartographique lui-même : une carte numérique, une carte mentale valent elles un plan cartographique imprimé sur papier ?

Ce projet s’inscrit dans une dimension transversale et interdisciplinaire croisant les approches et les pratiques civilisationnistes (études culturelles) et de géographie critique finalement déjà usités mais très peu étudiées et surtout, sans que des collaborations fructueuses ne soient engagées entre ces disciplines. La cartographie s’inscrit ici comme média (inter)disciplinaire permettant de croiser les différentes lectures du Monde et d’en dégager des langages communs.

Les deux principaux laboratoires partenaires – le MIMMOC (Mémoires, Identités, Marginalités dans le Monde Occidental Contemporain, UFR Lettres et Langues) et MIGRINTER (Migrations Internationales, espaces et société, UFR Sciences Humaines et Art) appartiennent à l’université de Poitiers et leurs travaux impliquent à la fois une relation forte à l’espace et aux sociétés mais aussi aux représentations cartographiques.

ICAR_projet

 

CAMIGRI [2016-2020]

Les CAMpagnes françaises dans la dynamique des MIGRations Internationales

Illustration et site Web

logo ANR CAMIGRI

http://camigri.hypotheses.org/

Résumé court

CAMIGRI est un programme de recherche financé par l’Agence Nationale de la Recherche (ANR) et la Région Nouvelle-Aquitaine. Le programme CAMIGRI propose d’éclairer la dynamique de changement des campagnes à partir d’une analyse centrée sur les migrations internationales. La question transversale qui est posée est la suivante : comment les campagnes continuent à « faire société » avec des habitants qui ont des expériences de mobilité, des modalités d’insertion dans des circuits économiques, des engagements, des valeurs et des modes de vie extrêmement divers, et souvent, des intérêts divergents ?

Description

En privilégiant une entrée par des espaces ruraux identifiés dans la région du Sud-ouest, CAMIGRI propose d’étudier la diversité des formes de migrations internationales – de la circulation temporaire à l’ancrage permanent, de l’inscription ponctuelle aux installations pérennes – dont les conséquences sur les territoires ruraux ne peuvent être examinées à partir des seules connaissances existantes. Ces effets sont étudiés dans trois principaux domaines de mutations des campagnes françaises : la transformation des espaces résidentiels dont l’analyse met en évidence de nouveaux modes d’habiter ; les systèmes agricoles dans lesquels les migrants ont des impacts considérables sur les recompositions paysagères, foncières, et sur l’évolution des réseaux d’approvisionnement alimentaire ; les politiques d’accueil des demandeurs d’asile en milieu rural qui interrogent les réactions et capacités d’intégration des sociétés rurales. Proposant une lecture transversale de ces processus, CAMIGRI se positionne à la rencontre de plusieurs champs de recherche (Etudes rurales et migratoires) et de composantes de la vie des campagnes (résidentielle, économique et politique). Le projet contribue à l’émergence de nouveaux questionnements qui appellent des réponses d’ordre scientifique, méthodologique et politique. Il apporte ainsi une contribution originale à la compréhension de l’évolution récente des campagnes, des nouvelles logiques migratoires et des capacités des sociétés et des politiques publiques à répondre à ces dynamiques de changement.

Axes du laboratoire

Axe 1 – Mobilité, ancrage et dynamiques spatiales

Axe 2 – Normes en migration et migration des normes

Financement et participants

ANR JCJC – Défi 8 « Sociétés innovantes, intégrantes et adaptatives »

Coordination : D. Lessault, Migrinter

Equipe/Chercheurs impliqués : W. Berthomière (Migrinter-Poitiers), J. Chapon (INED-Paris), C. Hochedez (RURALITES-Poitiers), C. Imbert (Migrinter-Poitiers), J. Le Gall (ENS-Lyon), B. Michalon (Passages-Bordeaux), P. Pistre (GEOLAB-Limoges).

Mobilités spatiales et transformations dans les anciennes périphéries urbaines des métropoles d’Amérique latine [2015-2020]

(Bogotá, Buenos Aires et Santiago du Chili) : la ville latino-américaine entre le centre et la périphérie actuelle

Description

L’objectif du projet est d’étudier, dans une perspective comparative, les recompositions socio-spatiales qui se produisent depuis les années 1990 dans les anciennes périphéries urbaines au sein des métropoles d’Amérique latine. Le projet s’attache plus particulièrement à l’analyse de la reconfiguration et de l’évolution du peuplement, ainsi qu’aux nouvelles formes de différenciation socio-résidentielle à l’intérieur de ces espaces. Il s’agit d’anciens espaces périphériques de différentes générations : des espaces urbanisés entre les années 1940 et 1970, dans lesquels se sont installées les premières industries et/ou environs du centre historique où ont été réalisés des lotissements. Ces quartiers sont situés entre les espaces centraux et les périphéries actuelles. Au cours du processus de métropolisation des villes latino-américaines, ces périphéries ont été progressivement intégrées, d’un point de vue territorial et fonctionnel, à la ville ; elles ont crû, se sont densifiées et consolidées dans ce cadre. Au cours des dernières décennies, ces espaces urbains devenus péricentraux ont subi d’importantes transformations en lien avec l’expansion du processus de métropolisation et les dynamiques qui lui sont associées. Il y a donc lieu de s’interroger sur la façon dont ces espaces se sont transformés, quels types de population y habitent, dans quelles conditions les habitants s’y installent, quels systèmes de mobilité et pratiques de l’espace urbain ils développent, etc.

Financements et participants

ECOS Nord 2018-2020/PICS 2016-2018/ECOS Sud-CONICYT Chili 2015-2017/Colciencias

Coordinateurs : Françoise Dureau (Migrinter) & Thierry Lulle (CIDS, Universidad Externado de Bogotá)

financé par : ECOS-Sud Chili, PICS CNRS Argentine, ECOS-Nord Colombie.

Projet co-dirigé par Y. Contreras (Universidad de Chile), M. Di Virgilio (Universidad de Buenos Aires), F. Dureau (Migrinter) et T. Lulle (Universidad Externado de Colombia).

Partenaires institutionnels : Migrinter, Centro de Investigaciones sobre Dinámicas Sociales (UniversidadExternado de Colombia)

Chercheurs impliqués à Migrinter : William Berthomière, Marine Bertrand, Françoise Dureau, Guillaume Le Roux, Naik Miret, Celio Sierra-Paycha

QDOSSI [2016-2020]

Qualité des Données multi-Sources. Un double défi pour les sciences Sociales et les sciences de l’Informatique

http://www.cril.univ-artois.fr/qdossi/

Description

Le Projet « Qualité des Données multi-Sources. Un double défi pour les sciences Sociales et les sciences de l’Informatique » (QDoSSI) est une initiative pluridisciplinaire qui repose sur le constat suivant : l’évolution contemporaine des migrations internationales pose de nouveaux défis à la communauté scientifique en terme d’analyse et de compréhension des processus migratoires. Le premier est celui des données et de leur qualité. Nombreuses sont les bases de données statistiques sur les migrations internationales ; toutefois, pour aller plus loin dans l’étude de ce phénomène complexe et multidimensionnel, la mise en synergie d’autres types de sources est nécessaire.

Ainsi, le projet QDoSSI propose de combiner des sources judiciaires et juridiques, des recensements de populations, de grandes enquêtes et des récits de vies. A partir de ces bases de données, de qualité et de représentativité variables, l’objectif est d’améliorer la connaissance des parcours migratoires autour de trois thèmes :

  • les relations entre le droit des migrants et les politiques migratoires dans les pays de transit ou/et d’accueil,
  • l’implication des réseaux de traite des êtres humains dans la structuration de certains parcours migratoires,
  • les enjeux sociaux et politiques de la mobilité des mineur(e)s.

D’un point de vue méthodologique, ces travaux visent à explorer plusieurs verrous scientifiques : la complexité intrinsèque des données, l’extraction des connaissances à partir de données hétérogènes issues des sciences sociales, et la mesure, l’intégration et la quantification de l’impact de la qualité des données sur les résultats d’analyses.

Ces recherches sont soutenues par une réflexion épistémologique sur les méthodes qualitatives et quantitatives et s’appuient sur un consortium qui réunit des informaticiens, des anthropologues, des démographes, des géographes, des historiens, des juristes et des sociologues.

Axes du laboratoire

Axe 1 – Mobilité, ancrage et dynamiques spatiales

Financement et participants

Défi Mastodon 2016, consacré à la qualité des données dans le Big Data, pour le 3ème appel à projets  interdisciplinaire du CNRS

Porteur : Lakhdar Sais (Porteur – Co-responsable scientifique), CRIL, Lens

CEPED (Centre Population & Développement, UMR 196, Paris Descartes – IRD), CRIL (Centre de Recherche en Informatique de Lens, CNRS/INS2I, UMR 8188), LIAS (Laboratoire d’Informatique et d’Automatique pour les Systèmes, EA 6315, Poitiers), LIPADE (Laboratoire d’Informatique Paris Descartes, EA 2517, Paris), le LIRMM (Laboratoire d’Informatique, de Robotique et de Microélectronique de Montpellier, CNRS/INS2I, UMR 5506, Montpellier) et TETIS (Territoires, Environnement, Télédétection et Information Spatiale, Cirad, Irstea, AgroParisTech, Montpellier), Migrinter, (Migrations Internationales, Espaces et Sociétés, CNRS/INSHS, UMR 7301, Poitiers).

Scientifique référent pour Migrinter : Nelly Robin

CPER INSECT [2015-2020]

Ressources de développement et nouvelles dynamiques socio-territoriales en Poitou-Charentes

Implication forte de Migrinter dans le thème 3 de l’axe 1 du CPER

En ligne sur https://mshs.univ-poitiers.fr/wp-content/uploads/sites/130/2021/02/PresentationINSECTbilaninsectnov2018.pdf

https://hal.archives-ouvertes.fr/MSHS-POITIERS-CPER-INSECT

Description

Structurellement et institutionnellement, la Région Poitou-Charentes est placée devant de nouveaux défis, qui rendent prioritaires sur l’agenda des décideurs, la recherche et l’identification de nouveaux atouts de développement. Parmi ceux-ci, certains sont mal valorisés ou leurs impacts en termes de dynamiques territoriales sont mal connus ou mal appréhendés par le corps social et politique. Les équipes de recherche associées au sein de la MSHS de Poitiers – le CRIEF, le CEREGE, Migrinter et RURALITES – souhaitent évaluer les effets de proximité, notamment, de nouvelles logiques de développement, peu étudiées jusqu’ici, à travers des thèmes qui ont pour caractéristiques communes – c’est une hypothèse de recherche – de renforcer la diversification de l’économie, de la géographie et de la sociologie locale, par la participation active et la mobilisation des acteurs les plus concernés par ces actions. Par ailleurs, ces actions de recherche devraient révéler des processus qui s’appliquent particulièrement à la Région Poitou-Charentes mais dont l’onde de résonnance devrait dépasser largement ce territoire, pour pouvoir s’appliquer à d’autres contextes.


Migrinter est en particulier investie dans le thème ‘Territoires urbains et construction de l’altérité des jeunesses minorisés en Poitou-Charentes’. Cette action vise à mieux catégoriser les compétences des jeunesses minorisées (populations construites socialement comme des minorités, mineurs migrants isolés, gens du voyage, Roms, néo-migrants européens ….. ) pour faire évoluer le regard, et donc le traitement spécifique dont font l’objet ces populations par des institutions qui pourraient mieux valoriser le potentiel d’interactions dont font preuve ces acteurs ; et ce, en matière culturelle, linguistique, sociale. Ce changement de posture passe par une déconstruction de la domination exercée par la composition principale d’une communauté nationale, à l’égard de jeunes qui souhaitent d’autres formes d’intégration sociale et professionnelle que les mécanismes d’assimilation traditionnelle conduits par les politiques publiques jusqu’à maintenant.

Axes du laboratoire

Axe 1 – Mobilité, ancrage et dynamiques spatiales

Axe 2 – Normes en migration et migration des normes

Financement et participants

Financement par le Contrat de Projet Etat-Région (CPER)

Coordinateur principal : J.M. Passereault (Université de Poitiers)

Partenaires institutionnels : Migrinter, et les équipes d’accueil CEREGE, CRIEF, RURALITES de l’Université de Poitiers. Chercheurs de Migrinter impliqués dans le projet (les statutaires sont soulignés) : C. Audebert, D. Senovilla, N. Robin, C. Bergeon, S. Przybyl, C. Bailleul, O. Uzureau.
Scientifique référent pour Migrinter : D. Senovilla

E-INFRASTRUCTURE MIGRATIONS [2015-2020]

E-Infrastructure Migrations : Une infrastructure de recherche innovante basée sur les NTIC au service du dialogue euro-africain sur la migration et le développement 

Description

Les laboratoires SHS et juridiques disposent de bases de données statistiques et de corpus législatifs, audio et vidéo, hétérogènes et rares, collectés en Afrique subsaharienne et en Europe. Deux de nos partenaires dans ce projet, le laboratoire LIAS-ENSMA et le CRITT informatique (Université de Poitiers), ont développé des méthodologies pour indexer du contenu documentaire et numérique adaptées à l’usage de la recherche et aux pratiques administratives.

L’objectif est de mettre à disposition une e-infrastructure de recherche combinant des sources statistiques et juridiques, des récits de vie et des documents numériques pour améliorer la connaissance des mobilités subsahariennes et favoriser le dialogue entre les chercheurs, les décideurs politiques et les praticiens afin d’aider les Etats dans la définition de politiques publiques respectueuses à la fois des enjeux de souveraineté nationale et du droit des migrants, et des mineurs en particulier.

Ce projet international avec des implications régionales comprend quatre axes :

  • une infrastructure de recherche innovante basée sur les NTIC ;
  • de nouvelles voies de recherches interdisciplinaires associant des chercheurs européens et subsahariens ;
  • le partage de l’information scientifique avec les décideurs politiques, les experts et la société civile afin de renforcer le dialogue euro-africain sur la migration et le développement ;
  • mise en œuvre d’actions de formation professionnelle et universitaire.

Axes du laboratoire

Axe 1 – Mobilité, ancrage et dynamiques spatiales

Axe 2 – Normes en migration et migration des normes

Financement et participants

CPER NUMERIC/FEDER, 2015-2020, Partenaire

Coordinatrice principale : N. Robin (CEPED/Migrinter)

Partenaires impliqués : Migrinter, la Maison des Sciences de l’homme et de la société de Poitiers (USR 3565), les laboratoires Techné, Cerege, Forell, UMR Cerca, Cecogi (Faculté de Droit, Université de Poitiers) et le LIAS-ENSMA (Université de Poitiers) ; partenaires extérieurs : CRITT-Informatique, IIDH (Université de Strasbourg), CEPED (INED, IRD, Paris Descartes), Oxford University (Royaume-Uni), Universidad de la Coruna (Espagne), Université Cheikh Anta Diop de Dakar (Sénégal), Université du Ghana à Accra, Fondation OSIWA, Save the Children.

Chercheurs de Migrinter impliqués dans le projet (les statutaires sont soulignés) : N. Robin, D. Senovilla, A. Miranda, C. Roussel, O. Clochard, A. Vié, M.F. Valette, J. Lemoux.

MARG-IN [2015-2019]

MARGinalisation/INclusion : les effets à moyen et à long terme des politiques de régulation de la pauvreté étrangère sur les populations-cibles : le cas des migrants dits « roms » dans les villes d’Europe occidentale (France, Italie, Espagne)

https://anr.fr/Projet-ANR-15-CE28-0006

https://www.sciencespo.fr/centre-etudes-europeennes/fr/events/2019-07-04

Description

À partir du cas des migrants dits ‘roms’ en situation précaire dans quinze villes de France, d’Italie et l’Espagne, notre projet cherche à analyser le rôle joué par les politiques de régulation de la pauvreté étrangère dans les processus d’inclusion et d’exclusion sociale dans un contexte de libre-circulation au sein de l’Union européenne. Il explore notamment les liens étroits entre marginalité sociale et marginalité spatiale en se focalisant sur les inégalités liées au caractère dual des politiques de régulation de la pauvreté (rejet / insertion), à l’allocation inégale des ressources et aux catégorisations institutionnelles.

Outre les effets sociaux de l’action publique, nous cherchons à identifier les formes d’adaptation et de résilience des migrants en situation précaire. Les études d’évaluation des politiques de lutte contre la pauvreté se focalisent généralement sur les aspects matériels et objectifs de l’action publique et sur les performances des acteurs institutionnels, mais passent sous silence les dynamiques d’insertion peu quantifiables et peu visibles, le plus souvent à l’initiative des personnes en situation précaire. Ce sont ces dynamiques que nous voulons mettre à jour à partir de données empiriques.

Axes du laboratoire

Axe 1 – Mobilité, ancrage et dynamiques spatiales

Axe 2 – Normes en migration et migration des normes

Financement et participants

ANR, programme Défi 8 ‘Sociétés innovantes, intégrantes et adaptatives’, 2015-2019, partenaire)

Coordinateur principal : O. Legros (UMR CITERES, Université de Tours)

Scientifique référente à Migrinter : C.Bergeon.

Partenaires institutionnels : UMR CITERES (CNRS-Univ.Tours), UMR CEE (CNRS, IEP Paris), Migrations & Numérique MigRom (FMSH Paris).

ATLAS DU KURDISTAN D’IRAK [2016-2017]

Description

L’objectif de ce contrat est la réalisation d’un atlas qui porte sur le Kurdistan d’Irak fruit du programme « Total-Irak » : Kurdistan d’Irak : émergence d’un territoire au cœur des conflits moyen-orientaux »). Menée sur la base d’une étude géographique socio-spatiale qui est effectué depuis le début de l’année 2016, cet ouvrage cartographique et analytique sera composé d’une centaine de cartes inédites, réalisées à partir de données de terrain de premières mains et d’un texte d’analyse bilingue sur les enjeux de l’émergence de cette nouvelle entité dans une région particulièrement instable et violente. Ce projet s’est construit sur la mise en place d’une base unique de données sur la région qui permet de croiser données démographiques, politiques, économiques et sociales à travers l’analyse spatiale (base de données associées à un SIG). Ce long travail (plus de 20 missions effectuées en Irak et des données statistiques issues des ministères kurdes qui ont demandées beaucoup de temps pour être obtenues) permettra de faire vivre ce programme après la publication de l’ouvrage.

Axes du laboratoire

Axe 1 – Mobilité, ancrage et dynamiques spatiales

Axe 2 – Normes en migration et migration des normes

Financement et participants

Coordinateur : Cyrille Roussel, Migrinter

Membres de Migrinter impliqués dans le projet : Cyrille Roussel, Nelly Martin

financement par Total – Irak, 2016-2020

Aller au contenu principal